Constructeur d’avenir Mir maachen Zukunft

OGBL = de bons horaires de travail

Plus de temps pour soi et sa famille

2016. La résistance syndicale valait la peine. L’OGBL a réussi non seulement à parer l’attaque des organisations patronales contre l’organisation légale des horaires de travail, mais a réussi à faire passer une meilleure loi.

2018. L’OGBL, les organisations patronales et le ministre du Travail et de l’Emploi trouvent un arrangement sur les comptes épargne-temps. Un projet de loi, qui respecte les intérêts des salariés, est introduit.

Au lieu d’une totale flexibilisation et dérégularisation des temps de travail exigée par le patronat, l’OGBL impose entre autres la codécision du personnel en ce qui concerne les horaires mobiles ainsi qu’une meilleure réglementation des heures supplémentaires.

2019-2024. L’avenir du temps de travail est entre nos mains. Une meilleure qualité de vie grâce à de meilleurs temps de travail n’est pas une utopie. Mais il y a également le danger du temps de travail rallongé, hostile aux intérêts de salariés, déterminé à voie unique par le patron et flexibilisé à outrance.


L’OGBL a établi, dans l’intérêt de tous les salariés, un plan d’action «Temps de travail 2019-2024», qui contient les points principaux suivants:

1. Défense de la législation actuelle sur les temps de travail contre toute attaque de la part du patronat ou de la politique.

2. Il est attendu de la part du gouvernement que le projet de loi positif sur les comptes-épargne temps soit rapidement soumis au vote du Parlement.

3. La 6e semaine de congé doit être généralisée par une modification de la loi.

L’OGBL a obtenu un premier succès avec l’annonce du nouveau gouvernement de l’introduction d’un 26e jour de congé et d’un jour férié légal supplémentaire. Cela est un premier pas dans la bonne direction, d’autres doivent suivre.

4. Des modèles innovatifs de temps de travail dans l’intérêt d’un meilleur équilibre vie-travail doivent être introduits par la voie de conventions collectives ou d’accords interprofessionnels.

5. Dans le cadre de tels modèles de travail, il faut promouvoir des réductions de temps de travail à salaire égal.

6. Le travail à domicile et le télétravail doivent être mieux réglementés – par un accord négocié entre les partenaires sociaux ou par voie législative.

7. La même chose vaut pour l’introduction du droit à la déconnexion.

8. Le temps partiel involontaire, qui concerne en premier lieu les femmes, doit être diminué. En même temps il faut introduire un droit à temps partiel avec droit de retour au plein temps.

9. L’OGBL est contre la libéralisation des heures d’ouverture des magasins. Une flexibilité supplémentaire ne doit pas être possible sans passer par des négociations avec le syndicat, dans le cadre d’une convention collective sectorielle pour tout le secteur du commerce, afin que les salariés aient en contrepartie le droit de codécision en ce qui concerne leur temps de travail et leurs conditions de rémunération.

10. Après avoir déjà été introduit dans de nombreuses conventions collectives, le congé social doit être généralisé par la loi.

11. En général: des horaires de travail variables requièrent une meilleure planification du temps de travail, une compensation des heures supplémentaires en numéraire ou en heures libres adéquate, une protection forte contre une charge de travail et une intensité de travail excessives. Sur l’ordre du jour se trouvent également de meilleures réglementations des services d’astreinte.