Constructeur d’avenir Mir maachen Zukunft

OGBL = politique salariale offensive

Ce but ne peut être atteint que par des conventions collectives. Et pour avoir de bonnes conventions collectives, il faut avoir un syndicat puissant, combatif et disposant de nombreux adhérents. L’OGBL est le seul syndicat au Luxembourg qui réunit ces caractéristiques, et qui négocie plus de 200 conventions collectives.

Il y a suffisamment d’exemples récents qui démontrent la capacité de s’imposer de l’OGBL. Comme par exemple la revalorisation historique des carrières des professionnels du secteur social et de la santé, qui a été imposée en 2017 par la lutte syndicale. Ou bien la première convention collective, que l’OGBL a pu introduire en 2018 pour le personnel de l’Université du Luxembourg. Ou encore les améliorations au niveau des salaires et des carrières réalisées il y a quelques mois dans le cadre de la convention collective du secteur du bâtiment.

Les bons salaires ne tombent pas du ciel,
il faut lutter pour les obtenir.

En même temps, l’OGBL n’oublie nullement ses nombreux membres qui travaillent dans des entreprises où il n’y a pas (encore) de convention collective. Environ 50% des salariés au Luxembourg sont malheureusement dans ce cas.

En plus de notre effort de faire baisser au plus vite ce pourcentage par l’introduction de nouvelles conventions collectives, la campagne de l’OGBL pour les élections sociales 2019 comprend deux revendications politiques:

  1. L’augmentation structurelle à hauteur de +10% du salaire minimum légal pour salariés non-qualifiés et qualifiés.
  2. La réforme de la législation sur les conventions collectives, afin de faciliter l’introduction de nouvelles conventions collectives dans de nombreuses entreprises et de nombreux secteurs.

L’OGBL appelle à la lutte syndicale et politique contre les inégalités sociales au Luxembourg, contre la répartition injuste des gains de productivité, contre les écarts de salaire qui se creusent aux dépens des classes salariales inférieures et moyennes. Il faut que cela s’arrête!

Le gouvernement a maintenant annoncé que le salaire social minimum serait augmenté de «100 euros nets» avec effet rétroactif au 1er janvier 2019. Cette annonce constitue un premier succès de l’action continue de l’OGBL en faveur d’une augmentation du salaire minimum. En effet, l’OGBL était le seul syndicat au Luxembourg ces dernières années à toujours porter en avant la revendication d’une augmentation structurelle du salaire minimum.

En même temps, cela ne peut être considéré que comme une première étape. Pour l’employeur, si l’on laisse de côté l’ajustement à l’évolution moyenne des salaires de toute façon prévu de 1,1%, cette augmentation ne coûte que 0,9% de plus. Pour le salaire minimum non qualifié, cela ne représente que 18,64 € par mois de plus. Cela ne change donc rien à la répartition injuste de la richesse au Luxembourg. Si le gouvernement ne prévoit pas d’autres mesures pour augmenter le salaire minimum brut, l’OGBL va mobiliser pour l’augmentation structurelle du salaire minimum de 10% et entamer des actions syndicales.

Pour l‘index! L’adaptation automatique des salaires à l’inflation (index), maintient le pouvoir d’achat et empêche des pertes de revenus. Elle contribue considérablement au maintien de la paix sociale et au développement économique du Luxembourg. Actuellement, l’index n’est pas un sujet politique important. Il ne l’est pas, parce que l’OGBL a tenu parole. Grâce à la résistance systématique de l’OGBL, les gouvernements successifs n’ont pas réussi entre 2006 et 2013 à détériorer structurellement l’index.

Depuis le succès électoral de l’OGBL en 2013, l’index n’a plus été attaqué par la politique. Le nouveau gouvernement s’est engagé dans son programme gouvernemental à ne pas l’attaquer non plus pendant la durée de son mandat, de 2018 à 2023. Ceci n’est pas seulement une importante victoire pour l’OGBL, mais ceci assure le pouvoir d’achat de tous les salariés et pensionnés.

Hier, aujourd’hui et demain:

OGBL = INDEX.

Pour des négociations salariales globales pour tout le secteur public. L’OGBL revendique l’extension des actuelles négociations de l’accord salarial de la Fonction publique à tous les services publics non commerciaux. Les dizaines de milliers de salariés au service de l’État et des communes, des hôpitaux, des services sociaux et éducatifs, de l’enseignement supérieur et de la recherche doivent également pouvoir participer avec l’OGBL, leur syndicat majoritaire, à ces négociations.